Le bateau-dragon : Un sport nautique très intéressant

“Lorsque l’on parle de sports nautiques, on pense généralement à la voile, au surf, à l’aviron, au ski nautique, au canoë-kayak, à la planche à voile ou même au water-polo, mais rarement au bateau-dragon. Ceci est assez curieux quand on sait qu’il s’agit de l’une des disciplines sportives à caractère collectif les plus pratiquées de la planète. Son taux de croissance est très élevé, et cela est dû au fait qu’il est apprécié pour l’ambiance bon-enfant qui y prévaut. Si vous ne connaissiez pas encore le bateau-dragon, c’est le moment de découvrir cette fabuleuse activité qui ne manquera pas de vous séduire. Nous en parlons dans cet article et sommes certains qu’après l’avoir lu, vous n’aurez plus qu’une envie, celle de sauter dans une embarcation de bateau-dragon en compagnie de vos amis pour vivre vous aussi l’expérience.

Histoire de cette discipline sportive sur eau

Le bateau-dragon est un sport ancien on peut le dire. Il était déjà pratiqué lors des premières versions des jeux olympiques en Grèce, c’est-à-dire des siècles entiers avant J.-C. Il existait également en Chine sous la forme de joutes guerrières qui saluaient le réveil du dieu dragon sur les berges du plus long fleuve asiatique, le Yangzi Jiang. S’il est ensuite difficile de suivre l’évolution de la discipline au fil du temps, on sait en revanche que les années 80 l’ont vue connaitre un essor fulgurant dans le monde entier. En France notamment, les premières régates se tinrent en 1996 dans la région d’Enghien-les-Bains, et la toute première Coupe nationale de bateau-dragon plus récemment en 2009. Ce fut un tournoi très élaboré, avec des divisions mixtes jeunes et mixtes seniors, ainsi que différentes distances de parcours. Cela montre l’engouement suscité, engouement confirmé par la liesse que l’on peut observer quand Annecy termina vainqueur de cette édition. Aujourd’hui le bateau-dragon c’est plus d’une soixantaine de millions d’amateurs et plus d’une cinquantaine de fédérations nationales dument reconnues.

Règlement du bateau-dragon

L’embarcation utilisée porte également le nom de bateau-dragon. Elle est conçue de façon à pouvoir transporter les 22 membres d’une équipe conventionnelle. Il y a une vingtaine de pagayeurs qui s’asseyent par groupes de deux et côte à côte, dans le sens où va la barque. La répartition est loin de se faire au hasard, car il y a un souci constant de maniabilité et d’aérodynamisme. On a ainsi les « pacers », les pagayeurs de faible gabarit mais très techniques, et le « engine room », terme désignant ce qui est suffisamment fort pour maintenir le bateau-dragon équilibré. Vient ensuite le batteur qui, armé de son tambour, bat la cadence pour donner de l’entrain à l’équipage. Il a également pour rôle d’aider le dernier membre à faire passer ses messages. Il s’agit du barreur qui comme l’indique sa dénomination, doit veiller à maintenir le cap lors de la course. Les participants doivent veiller à s’équiper en conséquence avant chaque course de bateau-dragon. Ils doivent avoir des pagaies, une veste de flottaison, et d’autres accessoires facultatifs comme une bouteille d’eau, des lunettes de soleil, des gants et un coussin fessier. Au nombre des compétitions célèbres, on peut citer les championnats du monde des clubs, les championnats d’Europe des clubs, les championnats du monde juniors des nations, la Coupe de France, l’Armada Cup, la Quebec Cup et les Corporate Games. Peut-être aurez-vous vous aussi l’opportunité d’y participer si vous vous mettez au bateau-dragon.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils